Catégories Boîte à outils, Marketing Digital, Tips des Métiers

Comment mettre en place une stratégie de contenu utile à votre SEO ?


D’après une étude de iProspect en 2018, 70 à 77% des clics se concentrent sur les 5 premiers résultats Google. Pour que votre contenu soit visité, il est aujourd’hui indispensable de porter une attention particulière au SEO, c’est à dire au référencement naturel de votre site web. Dans cet article, nous allons tenter de vous donner les bonnes pratiques pour positionner votre site, page Web ou application dans les 3 premiers résultats naturels du moteur de recherche Google.

Par Alicia P.
Temps de lecture : 10 min.

Bien choisir ses mots clés selon son secteur d’activité et son métier

Choisissez les mots-clés parfaits pour plaire à Google…

En matière d’optimisation du référencement naturel, le premier élément qui vient à l’esprit est souvent la définition des meilleurs mots clés pour notre sujet. Puisqu’il n’est pas toujours facile de déterminer les mots-clés les plus pertinents, voici une manière de les identifier : 

  1. Il faut dans un premier temps établir LE mot clé qui caractérise votre page web. Prenons l’exemple d’un site vendant des véhicules. Vous êtes gérant d’un garage et vous souhaitez créer une page pour détailler vos offres. Le mot clé de votre page sera-t-il « voiture », « véhicule », « automobile » ? Pour le savoir, vous pouvez vous servir d’outils gratuits ou payants afin d’observer par exemple le nombre de recherche des mots clés par mois, ou encore la saisonnalité des recherches.
  2. Dans le cas de notre exemple, nous allons chercher si le mot « véhicule » est le plus utilisé par les utilisateurs recherchant ce produit. Plusieurs outils s’offrent à nous, que nous avons résumé ci-dessous : 
Outil de recherche Son intérêt
RanxplorerPermet d’avoir accès à un cocon sémantique avec beaucoup d’informations, qu’il s’agisse de SEO ou de SEA, comme le « Coût par Clic maximum » pour acheter le mot clé  
Google Keyword PlannerExcellent pour trouver les « recherches associées »
UberSuggestPermet de trouver des mots clés non seulement pour une recherche Google, mais aussi pour YouTube, Google Images, Google Shopping et Google News. Permet aussi de travailler avec plusieurs langues (anglais, français, allemand, espagnol, …)
SpyfuPermet de visualiser les mots clés utilisés par les concurrents (dans le référencement et dans les campagnes AdWords)
Keyword ToolLe site de référence pour trouver des mots-clés de longue traîne. Permet de trouver les expressions populaires sur Google, YouTube, Bing, Apple Store et Amazon
WordStreamPermet de chercher des mots-clés par pays et par secteur d’activité

En prenant par exemple UberSuggest pour rechercher le trafic des mots « voiture », « véhicule » et « automobile », voici les résultats : 

Pour le mois de décembre 2019, le trafic a été de 165 000 recherches pour le mot « voiture », 14 800 recherches pour le mot « véhicule » et 60 500 recherches pour le mot « automobile ». Notre mot clé sera alors « voiture ».

Une fois le mot clé déterminé pour la page, nous pouvons analyser les pages de nos concurrents dans notre secteur d’activité et les mots-clés qu’ils utilisent. Puis, avant de rédiger notre page, nous pouvons ensuite chercher :

  • Tous les synonymes de notre mot clé
  • Toutes les « recherches associées » de notre mot clé : ils n’ont pas strictement le même sens que notre mot-clé principal, mais sont fréquemment associés à notre mot (aussi appelé cooccurrence). Pour notre mot clé « voiture », nous pouvons penser à plusieurs recherches associées : « garage », « route », « kilomètre », « moteur », « occasion ». Si notre activité nous le permet, il peut être très intéressant en termes de SEO d’avoir ces mots clés sur notre page.  

Nous avons désormais une bonne base pour commencer la rédaction de notre page web. 

…Sans oubliez l’utilisateur !

Beaucoup d’entreprises s’appuient sur des guidelines draconiennes afin d’avoir des pages web SEO-friendly, à savoir des pages respectant à la lettre les recommandations SEO, leur permettant ainsi un meilleur référencement au sein des moteurs de recherche. Bien que louable, il est très important de ne pas perdre de vue que notre premier client n’est pas Google mais bien un client humain, comme le soulignait très justement Justin Champion, expert contenu chez Hubspot. Il est important de garder cet élément en tête afin de construire une bonne stratégie SEO.
“Votre client, ce n’est pas le moteur de recherche Google, mais bien l’humain qui se trouve derrière son écran “ – Justin Champion, Expert contenu chez Hubspot.
Ainsi, pour améliorer le référencement de notre site web, il faut aussi se poser des questions sur notre client potentiel : quels mots/expressions/questions, plus globalement quelles requêtes notre Buyer persona taperait-il dans la barre de recherche de son navigateur pour résoudre ses problématiques ? En connaissant ses Verbatim, nous aurons autant de chances de parler le même langage que lui et ainsi de lui donner envie de cliquer sur notre page.

En SEO, aucun contenu n’est « qu’un détail » !

Quand nous parlons SEO, nous avons généralement tendance à penser au contenu texte. Néanmoins, les images, le titre et les liens ne sont pas à négliger car ils peuvent être un Quick-win pour s’imposer dans les résultats Google.

Les images, le nerf de la guerre en SEO

En tant qu’utilisateur, nous avons tendance à regarder les images pour ce qu’elles sont sans vraiment se préoccuper de leurs caractéristiques intrinsèques. Cependant, tous ces éléments qui peuvent paraître comme du détail au premier abord sont très importants pour le SEO.

Dans un premier temps, le nom de l’image a une place prépondérante dans la stratégie d’amélioration du SEO. Lors de la création d’une fiche produit, pour gagner du temps et parce que l’intérêt n’est pas forcément connu, il n’est pas rare de voir des noms d’image comme F49204029.jpg. Il est important de savoir que Google « lit » les noms des images pour voir la cohérence avec la page dans laquelle elle se situe. Ainsi, il est indispensable de nommer les images de la manière la plus précise possible afin de « simplifier » le travail de Google. Ci-dessous, un exemple d’une bonne pratique de nom de photo pour un site de recettes.

three pancakes topped with berries
 ❌ F49204029.jpg   
three pancakes topped with berries
✔️ recette-pancakes-fruits-rouges.jpg

Le contenu entourant directement l’image est aussi très important pour votre SEO. En effet, Google, en scannant votre page, va étudier si le nom de votre image (prenons l’exemple de notre photo ci-dessus, recette-pancakes-fruits-rouges.jpg) a un lien avec le texte entourant l’image dans votre page. Ainsi, n’hésitez pas à inscrire les mots clés de votre nom d’image dans le texte le surplombant. Les algorithmes de Google y verront ainsi une cohérence, et votre page remontera.

Après le nom de l’image, pensez aussi à prêter tout particulièrement attention au poids de l’image. Un dilemme cornélien s’impose : faut-il privilégier de magnifiques images, très grandes pour une expérience utilisateur parfaite au dépit d’un temps de chargement plus long, ou bien une image plus petite mais plus rapide à charger ? Cette problématique se pose tout particulièrement pour les sites de marque du luxe, qui misent tout sur la qualité des images quitte à mettre à mal le temps de chargement. En ce qui concerne le SEO, aucun doute : le temps de chargement a un impact direct sur votre référencement ! Ainsi, pour lier excellence au niveau du content marketing et du SEO, nous vous conseillons de réduire vos photos tout en gardant une très bonne qualité d’image (aujourd’hui, on estime la largeur maximale d’une image sur un site web avec une largeur de 600 pixels.

Enfin, pour le format de votre image, Google recommande 3 formats à privilégier : JPEG (la norme, un format assez léger), PNG (afin d’assurer des effets de transparence) et GIF (pour créer des images animées).

Le titre

Bien qu’anodin d’apparence, le titre peut être un facteur déterminant pour inciter votre internaute à cliquer. En effet, sur les réseaux sociaux, 6 personnes sur 10 ne se fient qu’au titre (et à l’image) d’une publication pour choisir de la partager à leurs amis ou à leur communauté, d’où l’intérêt de ne pas le sous-estimer ! 

La première chose à faire pour améliorer votre SEO au niveau du titre serait de vérifier vos balises « title ». Toutes vos pages doivent avoir cette balise. Parce que vous voulez à tout prix éviter un fort taux de rebond, c’est à dire un fort taux de visiteurs qui quitterait votre site en n’ayant parcouru qu’une seule page, ce qui vous ferait drastiquement descendre dans le référencement Google, le titre doit être unique, clair, ne doit pas dépasser 65 caractères et il doit décrire la page cible et non pas le site dans son ensemble. La balise « title » est affichée dans les résultats de recherche de Google.

Les liens (maillages, backlinks) 

Pour gagner durablement en SEO, il faut prendre en compte que Google fait particulièrement attention à la structure de votre site (maillage) et aux liens internes ou externes que vous insérez. 

Le maillage consiste en la création de liens entre les différentes pages de votre site, permettant d’améliorer la navigation au sein de celui-ci pour l’utilisateur, mais aussi de donner des informations aux moteurs de recherche.

Il est néanmoins très important de faire attention aux liens que vous insérez : si personne ne clique sur votre page lien ou si on observe un fort taux de rebond, Google pénalisera la page en question. 
💡 Le bon conseil de la rédac : avoir un bon maillage interne en instaurant une stratégie des « 3 clics » : un utilisateur doit trouver n’importe quelle page du site, à partir de n’importe quelle page, en cliquant sur 3 liens maximum.

Enfin, favoriser le partage de votre article sur les réseaux sociaux

Récupérer des fans ou des followers sur les réseaux sociaux 

Le partage de votre contenu est intrinsèquement lié à la qualité de celui-ci. C’est pour cette raison que Google détermine qu’un contenu beaucoup partagé par les internautes a une forte valeur ajoutée. Il aura donc tendance à améliorer son classement. De plus, chaque partage créer un « Backlink », ce qui n’est pas négligeable pour votre SEO.

La première porte d’entrée de votre contenu sur les réseaux sociaux étant le titre, élaborez-le avec le plus grand soin. Un chiffre effarant : 59% des liens partagés sur les réseaux sociaux n’ont jamais été cliqués ! 

En ce qui concerne les tweets, ceux contenant une image reçoivent en moyenne 150% de retweets en plus. Comme vous souhaitez le partage de vos contenus, ne négligez surtout pas les boutons de partage, afin de presser le pas à vos lecteurs. 

Enfin, si le contenu s’y prête, mentionnez des influenceurs. Si votre contenu vient à être partagé par ces derniers, votre page aura une visibilité accrue, et cela augmentera la crédibilité du contenu.

Un objectif phare du contenu : convertir ! 

Qu’il s’agisse du marketing de contenu ou du SEO, un des objectifs principaux est bien de récupérer du trafic sur le site pour essayer de convertir le maximum de prospect. Pour ce faire, il est impératif d’essayer de récupérer des adresses mails, en veillant bien entendu à toujours respecter les mesures de RGPD. En mettant en place un Call-To-Action, nous pouvons inciter à l’inscription de la newsletter. Il est aussi important d’avoir une box d’inscription toujours visible sur le site, ainsi que des ressources téléchargeables, comme un livre blanc par exemple. 

💡 Le bon conseil de la rédac : Maintenant que vous avez les armes pour rédiger vos contenus SEO-Friendly, voici une dernière petite aide : la longueur de contenu minimum selon les types de contenu. 

Type de contenuLongueur minimum
Fiche produit300 mots
Livre blanc1000 mots
Article de blog500 mots
Page web300 mots
Communiqué de presse200 mots
Script vidéo150 à 200 mots

Sources :
– definitions-marketing.com/definition/seo/
– https://www.definitions-marketing.com/definition/taux-de-rebond