Catégories Marketing Digital, Numérique

Comment construire une stratégie digitale efficace ?


D’après gtechnologies, sur 67 millions d’habitants en France, il existe 57,29 millions d’utilisateurs internet. Mais d’où vient ce chiffre ? Il se peut que la stratégie digitale en soit la cause. Au cours de ces dernières années, on remarque une hausse de la digitalisation qui engendre un taux de pénétration (pourcentage des personnes possédant, achetant ou consommant un produit sur une période de référence) de plus en plus important. Mais qu’est-ce qu’une stratégie digitale ?Il s’agit d’un plan d’action à mettre en place dans le but de maximiser les avantages commerciaux d’une entreprise. Ce plan est mis en place sur tous les supports digitaux tels que les sites, blogs, newsletters, réseaux sociaux, etc…
Ainsi, comment construire une stratégie digitale efficace ?

Par Cynthia B.
Temps de lecture : 3 min.

Une stratégie digitale tourne autour de 6 piliers 

Fixation de ses objectifs

La stratégie digitale d’une structure va lui permettre de communiquer auprès de sa cible mais également auprès d’un nouveau segment de la population qu’elle souhaite toucher. Pour établir une communication uniforme et cohérente à long terme, il est nécessaire de déterminer quelles sont les valeurs que l’entreprise souhaite diffuser. Le fait de réfléchir sur les valeurs sur lesquelles communiquer lui permettra par la suite de déterminer quel segment de la population est en cohérence avec les siennes et donc quel segment de la population cibler en priorité.

Analyse du marché  

L’analyse du marché dans lequel se situe l’entreprise est primordiale. Cette analyse permettra d’avoir une meilleure vision sur l’environnement de l’entreprise et sur ses concurrents. L’analyse du marché se divise donc en deux. 

En premier lieu, l’analyse de l’environnement permettra à l’entreprise d’observer l’évolution de son environnement et des tendances actuelles. En d’autres termes, l’analyse de l’environnement permettra d’étudier les tendances actuelles du marché afin de pouvoir s’y rapprocher un maximum. Si nous nous concentrons sur les tendances actuelles, une entreprise ciblant les upper class (classes supérieures), il est clair que la tendance est à l’éco et socio-responsabilité. Il sera alors opportun pour la structure de communiquer sur certains aspects éthiques de ses produits et services s’il en existe. Dans le cas où il n’en existerait pas, il est de son ressort de déterminer une autre tendance de sa cible en accord avec son offre produit ou service.

D’autre part, l’analyse des concurrents permettra de déterminer leurs portefeuilles produits ou services et donc de discerner en quoi ce qu’elle propose est différent. En termes marketing, cette phase de l’élaboration de la stratégie digitale permettra à une entreprise de déterminer ses PoD (Points of Difference) afin de mettre en avant le confort, la performance et/ou la qualité de ses produits ou services. En effet, à l’heure où les flux publicitaires abondent, il est important de se différencier pour se faire remarquer et augmenter sa visibilité.

Déterminer sa cible 

L’objectif de cette troisième phase est double : fidéliser sa clientèle existante et attirer une nouvelle cible. 

Premièrement, en fonction de leur base de données client, les entreprises connaissent les caractéristiques de leur clientèle déjà existante et peuvent ainsi orienter leur communication afin de leur plaire. 

Le second objectif consiste à analyser quel segment de la population partage les mêmes valeurs que l’entreprise et pourrait être intéressé par ce que cette dernière propose. En effet, le constat de la tendance actuelle est certain : il est bien souvent plus facile de convertir sa cible (segment de la population que l’on souhaite convertir en client) en acheteur concret si cette dernière se reconnaît dans les valeurs de l’entreprise en question. 

Priorisation des canaux de communication 

En fonction du budget accordé à la communication (souvent voté par le comité des dirigeants), il est nécessaire de prioriser les différents canaux sur lesquels la structure doit communiquer. Cette priorisation prendra en compte un facteur clé préalablement fixé : sa cible. La question à laquelle la structure doit connaître la réponse est la suivante : Quels réseaux sociaux sa cible utilise-t-elle et à quel titre (personnel, professionnel, autre) ?

Pour aller plus profondément, il est possible d’analyser l’expérience utilisatrice quotidienne de sa cible lorsqu’elle navigue sur son portable ou internet afin d’en établir ses habitudes, tout en respectant les données personnelles et normes RGPD. Cette analyse permettra par exemple de savoir à quelle fréquence elle se rend sur tel ou tel réseau, si cette dernière a pour coutume de s’abonner à des newsletters, de se rendre sur des blogs, d’écouter des podcasts, etc. Ainsi, l’entreprise pourra déterminer sur quel canal sa communication sera plus importante.

Évaluation des contenus nécessaires 

Après avoir priorisé les canaux de communication sur lesquels il sera plus impactant de diffuser du contenu, il s’agit pour une structure de déterminer à quelle fréquence faut-il communiquer. Trop de communication engendrera un effet spam (l’objectif n’étant pas d’abonder les réseaux). A l’inverse, trop peu de communication ne permettra pas à l’entreprise d’être suffisamment visible auprès de sa cible. 

Afin de déterminer à quelle fréquence communiquer, il peut être légitime d’effectuer un benchmark (1) des plans de communication de ses concurrents et de s’y inspirer afin d’établir son propre plan de communication digitale.

Pour conclure, chaque stratégie est propre à une entreprise. Il n’y a pas de stratégie parfaite à adopter, seulement des conseils afin de mettre en place la stratégie correspondante à l’entreprise. Dans le cas échéant, il existe également des entreprises faisant appel à des agences de marketing dans le but d’obtenir de l’aide pour la mise en place d’une stratégie efficace.

(1) : technique de marketing d’une entreprise visant à observer les performances d’une autre entreprise, à comparer et à analyser les performances des produits ou services concurrents sur le marché, en vue d’optimiser la conception d’un nouveau produit, plus ou moins équivalent à ceux observés