Catégories Objets connectés

Assistants vocaux : Où en sommes-nous?


On les voit partout dans vos téléphones, dans vos enceintes ou encore en voiture, on en entend beaucoup parler mais qu’en est-il du marché des assistants vocaux ?

Vous avez sûrement déjà entendu parler d’Alexa ou de Siri entre autres. Aurélia Frémigacci Ceyrasen avait d’ailleurs déjà parlé dans son article L’écran c’est bien, la voix c’est mieuxsur Les Digitaux.  Amazon et Google sont les leaders de ce marché avec Alexa et Google Assistant mais les concurrents ne sont pas bien loin : Cortana, Siri, Xiaomi… Plusieurs acteurs émergent dans ce nouveaux marché de la voix.

 

Je vous propose de comprendre quels sont les usages de cette nouvelle technologie : Qui s’en sert ? Pourquoi ? Et quelle est la pertinence des résultats ?

 

« Ok Google, combien de recherches sont effectuées par la voix ? »

 

En mai 2016, 1 recherche sur 5 effectuée par la voix est faite sur Google, on estime que d’ici 2020 ce seront 3 recherches sur 5 qui le seront. La recherche vocale prend de l’ampleur, après tout, il est plus naturel de s’exprimer par la voix non ?

L’enceinte connectée est amenée à devenir un véritable hub domotique : contrôler un maximum d’objets connectés dans la maison. Mais encore, via votre smartphone, vous avez toutes les informations à portée de voix, même en déplacement en voiture votre assistant vous suit partout. De nombreux sondages illustrent bien le fait que les individus sont plus à même d’utiliser un assistant vocal lorsqu’ils sont seuls et en intérieur, d’ailleurs le plus souvent ils sont sollicités à la maison.

 

Comment ça marche ? Lorsque l’on donne des mots-clés ou que l’on pose une question, l’assistant retranscrit à l’écrit la parole qu’il a détectée. Il la transmet ensuite au moteur de recherche, récupère le résultat et synthétise le tout vocalement.

Lorsqu’il s’agit d’un ordre, l’assistant doit comprendre le sens de la phrase pour exécuter l’action souhaitée. Des listes préétablies de mots et d’expression sont utilisées et l’assistant va traiter automatiquement les langages : reconnaissance du lexique, de la syntaxe et de la sémantique.

 

Aujourd’hui, nous ne sommes pas encore arrivés à une compréhension totale de la langue naturelle.

 

Qui utilise un assistant vocal ?

 

Plusieurs études tendent à montrer que la moitié des utilisateurs est âgée de 15 à 18 ans, mais n’oublions pas l’autre moitié… 15% des utilisateurs ont plus de 55 ans. Ce marché adresse donc tous les âges. Bien sûr, les usages varieront selon vos attentes et vos besoins mais il est important de noter que les GAFAM et autres acteurs ont identifié un potentiel assez important en ces technologies pour s’y investir autant. La voix serait alors l’avenir de nos interfaces actuelles.

Que vous ayez 18 ou 55 ans, vos usages pourront différer et c’est ce dont nous allons parler.

 

Quels sont alors les usages des utilisateurs ?

 

Voici le top 5 des usages d’un assistant vocal :

 

1 : Poser des questions générales : Qu’est-ce qu’un promontoire ?

2 : Demander des informations sur la météo : Quel temps fait-il aujourd’hui ?

3 : Demander de jouer un titre : Lancer la playlist Sport.

4 : Planifier le réveil : Réveille-moi à 6h demain matin.

5 : Définir des rappels : Rappelle-moi de prendre mes médicaments dans 2h.

 

L’achat ne figure pas encore parmi les fonctionnalités les plus plébiscitées. Amazon est cependant privilégié pour répondre à ce type de demande. En effet, Pour passer des commandes, il suffit d’avoir un abonnement Amazon Prime, un moyen de paiement, un compte Amazon et Alexa passera vos commandes.

 

Poser des questions c’est bien, mais les réponses sont-elles pertinentes ?

 

Pour le moment, les assistants ne peuvent pas vous donner une réponse longue et complexe. Mais il peut répondre à des questions courtes et simples telles que le temps, un horaire d’ouverture, programmer le réveil…

 

Pour que l’assistant vous réponde, il faut d’abord qu’il comprenne votre requête. Bien qu’Apple soit le pionnier en ayant intégré Siri à son iPhone en 2011, c’est l’assistant Google qui détient le taux de compréhension le plus élevé suivi de près par Cortana de Microsoft et d’Alexa d’Amazon. En 2018, Cortana reste le challenger en terme de qualité de réponse.

 

Comment ça marche ? Les assistants vocaux sont connectés à des bases de données, des applications et divers serveurs web. L’assistant est un intermédiaire entre nous et ces sources d’informations. L’intérêt des assistants vocaux est donc de parler plutôt que de taper sur un clavier : revenir à sa langue naturelle pour exprimer une requête.

Il y a donc un dialogue humain-machine suivi d’une fouille de données afin de trouver les informations demandées.

 

Mais si l’on en croit les promesses des créateurs, d’ici quelques années, les assistants devraient être en mesure de comprendre votre état d’esprit au moment de la requête (Fatigue, agacement…) et adaptera alors ses réponses. Pour le moment, l’enjeu est de mettre l’accent sur la prise en considération du contexte :

« Dans quel quartier est situé le musée du Louvres ? Est-il ouvert ? »

Seule la première question est traitée par la plupart des assistants vocaux. Comprendre que la deuxième question porte également sur le musée du Louvres est la prochaine étape à accomplir.

 

Quel assistant acheter ?

 

Plusieurs critères peuvent-être pris en compte pour l’achat de votre assistant personnel. L’intérêt est qu’il vous soit utile dans vos activités quotidiennes, voici donc une liste des choses à prendre en compte :

  • La compatibilité avec vos services et appareils favoris
  • Les fonctionnalités proposées
  • La sécurité et protection des données
  • L’ergonomie de l’appareil

 

 

Vous l’aurez compris, nous en sommes aux débuts des assistants vocaux. A vous de vous faire votre propre opinion, de tester ou non !

 

Ecrit par Manieke Anselin

Aucun commentaire

Laisser un commentaire