Les digitaux

Articles

applications de dating
14
Fév

L’amour et le digital, une histoire qui matche

Que tu sois seul ou casé(e), tu es sans doute passé(e) par la case du célibat. Cette période où tu peux être prêt(e) à tout pour trouver l’amour. Après avoir écumé toutes les boîtes, les bars et tou(te)s les ami(e)s de tes potes, tu as sans doute fini sur une application ou un site de rencontre. Les applications telles que Tinder, Once ou Happn te sont forcément familières. Et si le célibat remonte pour toi à quelques années, tu étais sans doute sur les géants Meetic ou AdopteUnMec (ou le chat de Skyrock si tu as trouvé ta moitié depuis la nuit des temps).

Cet article ne t’aidera sans doute pas à trouver l’âme sœur (désolé, je te mettrai quand même des liens d’applications à la fin de l’article) mais plutôt à comprendre et analyser comment le marché des applications de rencontre va évoluer au cours des prochaines années.

La quête de l’amour, un business qui a son prix

Cette période de Saint Valentin nous amène à nous interroger sur ces applications. Le marché des rencontres en ligne représente plus d’un milliard de dollars dans le monde et la concurrence n’a jamais été aussi forte avec plus de 2000 sites et applications de rencontres. Comment expliquer un chiffre d’affaire aussi élevé ?

En réalité, ce n’est pas vraiment une surprise ! Rien qu’en France, on compte plus de 18 millions de célibataires et 9 millions ayant déjà téléchargé au moins une application de rencontre. Nous sommes donc seuls et mobile users : des cibles idéales pour les marketeurs ! Même chez Meetic, précurseur du secteur qui était très présent à travers sa plateforme en ligne, 70% de l’activité se fait aujourd’hui sur mobile, le device de l’intime. On assiste à une réelle démocratisation des usages.

Ainsi, 1/3 du chiffre d’affaires réalisé est investi en marketing pour nous séduire, nous, les jeunes innocents célibataires… D’après l’IFOP, le terme « innocents » est à prendre avec des pincettes, puisque 38% des adeptes chercheraient des aventures sans lendemains ! (oups)

Le modèle gagnant des applications de rencontre

Faisons un léger retour en arrière pour comprendre comment les applications de rencontre ont pu se faire une place sur le marché des sites et applications de rencontre.

En 2001, Meetic, le futur leader du marché lance le 1er site de rencontre français et européen et crée une application sur mobile et tablette dès 2003.

En 2007, pour se différencier de ses concurrents, AdopteUnMec propose une nouvelle approche, une nouvelle image : ils font des hommes un produit à part entière et donnent le pouvoir aux femmes. Résultat : ils décomplexent les utilisateurs à travers une approche décalée et démocratisent les rencontres en ligne.

En 2012, le modèle du freemium survient dans tous les secteurs et le petit nouveau qui rentre dans la course est Tinder, qui innove avec un modèle gratuit basé sur le « swip & match ».

L’application a choisi plusieurs façons de se monétiser. Ils ont développé deux nouvelles fonctionnalités :

  • « Tinder Plus » avec les options « Passeport » et « Swip ». Passeport sert à se géolocaliser dans une autre zone du monde pour matcher à l’étranger et Swip sert à revenir en arrière.
  • « Tinder Gold » est la version premium de « Tinder plus » et permet de voir la liste des personnes qui nous ont likées pour draguer plus stratégiquement.

Mais surtout, Tinder représente une base de données importante avec plus de 50 millions d’inscrits. Le cœur de son business model repose sur cet un espace publicitaire interactif. Une occasion pour les marques de communiquer avec les jeunes puisque 45% des utilisateurs ont entre 25 et 34 ans et 38% entre 16 et 24 ans. Cela leur permet de profiter des données géolocalisées pour proposer des services personnalisés et de créer des campagnes « conscientes ». Comme par exemple :

  • Domino’s Pizza qui invite les utilisateurs de Tinder à swiper à droite pour bénéficier de réductions et de pizzas gratuites pour le 14 février
  • Amnesty International qui crée un profil contenant des images proposant de réfléchir sur l’inégalité des droits d’un pays à un autre lors de la journée de la Femme
publicité Amnesty Internal Tinder

Campagne de publicité Amnesty International sur Tinder

L’évolution de l’algorithme de l’amour

Certes les bases de données des applications de rencontre sont aujourd’hui importantes. Liées aux comptes Facebook, les applications croisent déjà les âges, les goûts, les préférences et la géolocalisation des utilisateurs.

Mais, selon Kang Zhao, nous ne sommes qu’aux prémices de l’exploitation de l’algorithme utilisé.  Ce chercheur de l’université d’Iowa considère que les formules mathématiques actuelles sont encore limitées : « À terme, ils analyseront les photos postées par les célibataires sur les sites de rencontres afin d’identifier les marques que nous porterons, les lieux que nous visiterons… Les données recueillies permettront de faire de la publicité ciblée et aussi de financer d’autres applications de rencontres gratuites ».

Il suffit d’observer l’apparition de Google Home et d’Alexa dans nos foyers capables de reconnaître notre voix et de mémoriser nos goûts et nos habitudes.  D’autres types d’applications collectent des données sur nos visages comme Makeup Genius et d’autres sont même capables de scanner notre morphologie.

On peut aisément supposer que la collecte des données prendra de nombreuses formes pour mettre en place un super-algorithme qui prendra en compte les odeurs, les goûts et l’attirance physique entre les utilisateurs.

Donc si d’ici quelques années, tu es toujours seul(e), ne t’en fais pas, le digital te trouvera ta moitié… ou te vendra des produits ultra-personnalisés !

En attendant, tu peux télécharger quelques applications originales :

  • Hater pour partager tes désaccords et ta rage de la vie
  • Deserve her, pour ceux qui aiment les défis 
  • Reel me, pour les adeptes des selfies vidéos 

 

Blandine Chateau

Leave a Reply