Les digitaux

Articles

17
Juin

Un nouveau poste à l’heure du digital : le CDO

CDO

Vous avez surement entendu plus d’une fois, le terme « transformation digitale des entreprises » est largement employé par les médias, agences de conseil, et grandes entreprises pour désigner le grand défi professionnel actuel. Comme tout nouveau défi, il s’accompagne d’un changement de l’environnement, d’une problématique, de nouveaux outils, et surtout de nouveaux postes dans l’entreprise. Nous nous concentrerons sur un poste qui fait beaucoup de bruit, et qui intrigue particulièrement : le Chief Digital Officer (CDO).

De quoi parlons-nous ?

Commençons par le début, et tentons de comprendre ce qu’est exactement un CDO.

Alors que les entreprises entament le virage du digital, parfois crucial à leur survie, de nouveaux postes voient le jour. La plupart des dirigeants étant déjà assez affairés (ils ne vous diront pas le contraire !), l’entreprise a besoin d’une personne dont la fonction est précisément d’encadrer ces nouveaux postes, et de piloter la conduite de l’entreprise dans leur conversion numérique. C’est précisément le rôle du CDO.

Ainsi, plus de 40% des sociétés du CAC 40 disposent d’un CDO (étude du cabinet Lecko – 2014). A l’image de Lubomira Rochet, ex de Microsoft recrutée par L’Oréal, ou d’Yves Tirode, débauché de chez Orange par la SNCF, ils viennent souvent du high-tech et des télécoms pour introduire de nouveaux usages dans ces grosses structures.

Quel type de profil ?

Tentons de créer un profil type du CDO en s’appuyant sur les caractéristiques des CDO actuels.

De formation bac+5/+6, issu d’une école de commerce ou d’ingénieur avec 10 à 20 d’expériences professionnelles derrière lui, le CDO doit présenter certaines qualités essentielles à la pratique de sa mission. A la fois stratège et pédagogue, il doit sans cesse avoir un regard sur l’environnement économique, son évolution et présenter ses analyses et ses propositions à l’ensemble de l’entreprise. Son sens de la collaboration et ses relations doivent être suffisamment développés pour réunir les ressources nécessaires à la mise en place de stratégies transversales à l’entreprise. Travaillant dans un environnement concurrentiel et technologique en perpétuel changement, notre nouveau cadre doit être suffisamment audacieux et créatif pour réagir correctement et rapidement aux besoins de l’entreprise (adaptation du produit ou de l’offre, communication, …).

Sa place dans l’entreprise

A première vue, le CDO se verrait donc approprier une place centrale, hautement stratégique dans l’entreprise. Cependant, étant donnée la taille des entreprises pouvant se permettre de nommer un CDO, la réalité est qu’il reste très difficile de mettre en place les stratégies digitales mises en avant par ces derniers. Cela nécessite une transversalité très importante et un processus d’organisation souvent très lourd. Les entreprises font donc bien appel à des CDO, mais ils ont peu de pouvoir : 82% ne siègent pas au Comex (latribune.fr – 06/2015), le comité exécutif de l’entreprise, où se prennent les décisions stratégiques. On peut probablement parier que le CDO tiendra une place de plus en plus importante dans l’entreprise. A suivre …

Leave a Reply