Les digitaux

Articles

Exemple publicité instagram
11
Mar

La publicité sur Instagram, est-elle efficace pour les marques ?

 

Racheté par Facebook en 2012, Instagram a introduit la publicité sur son fil de communauté le 9 mars 2015 en France. L’application de partage de photos et de vidéos sur les plateformes mobiles compte aujourd’hui plus de 400 millions d’utilisateurs dans le monde.

À l’instar de l’exemple de Facebook, les utilisateurs étant habitués à une navigation libre, rejetaient l’idée de l’introduction de la publicité sur Instagram. Voyons donc quel bilan tirer de ces premiers retours sur les Instagram Ads.

Un taux de clics encourageant

Quelque mois après leur lancement, les publicités sur Instagram enregistrent des retours positifs. En effet, le taux de clics sur les Instagram Ads, seraient plus élevés que ceux de Facebook. Avec un CTR de 1.5% pour Instragram contre 0.85% lors du lancement des Facebook Ads[1].

Les raisons d’un CTR plus élevé

Plusieurs raisons sont évoquées pour ces premiers retours positifs. Tout d’abord, la simplicité du format proposé par Instragram : des photos ou des vidéos, souvent de qualité avec des boutons «call to action».

Par ailleurs, les publicités sur Instagram sont visibles une à la fois, ce qui faciliterait la concentration de l’utilisateur.

S’ajoute à cela, le format natif. Les contenus sponsorisés sur Instagram sont présentés de manière native, se fondant dans l’univers du fil d’actualité de l’application. Ainsi, les utilisateurs ne sont pas « dérangés » dans leur navigation et sont moins réticents aux « messages » ou photos publicitaires.

 

Exemple publicité instagram

Grâce aux données démographiques et les informations sur les intérêts récupérées via Facebook, le ciblage sur Instagram est beaucoup plus précis. Les publicités sont donc plus pertinentes et s’adressent automatiquement aux cibles visées.

Le jeune âge des utilisateurs d’Instagram (59% des utilisateurs ont entre 18 et 29 ans) aurait également des répercutions positives sur les résultats du taux de clics. Malgré un prix élevé facturé aux annonceurs (CPM moyen 90% plus élevé que sur Facebook), les contenus inspirants et qualitatifs, ressemblant aux publications des bloggueuses de l’application, permettent à l’utilisateur de rester dans l’univers auquel il est habitué.

Mais, l’application est limitée

Selon Cédric Deniaud, directeur conseil du cabinet The persuaders: «Le but des directeurs marketing est de recruter et d’avoir des inscrits. Mais Instagram ne répond pas vraiment à ces objectifs car il n’est pas possible de mettre un lien dans un post pour rediriger le trafic vers son site Web, contrairement à d’autres réseaux sociaux comme Pinterest par exemple».

Par ailleurs, il est plus impliquant pour les Advocates de la marque de partager son post photo ou vidéo. En effet, il n’est pas possible de « regramer » la publication d’un autre utilisateur d’Instagram directement via la plateforme. Il faudra obligatoirement passer par d’autres applications comme : repost for instagram ou repost and regram.

Cédric Deniaud ajoute : « Les utilisateurs vont liker les images publiées par la marque, mais sans logique d’amplification derrière, remarque Cédric Deniaud. La raison : le bouton pour partager la photo sur Instagram n’est pas natif dans l’application, contrairement à Tumblr ou Facebook.

Toutefois, dans une étude réalisée par Brand Networks, le nombre d’impression des publicités sur intagram aurait été multiplié par 13,4 entre août et décembre 2015.

 

Insta 2
Selon emarketer, les Instagram Ads enregistreraient en 2017 plus de 10% des revenus publicitaires de Facebook soit 2.81 milliards de dollars. De plus, il existe un outil non encore exploité par le réseau social, le « social graph » qui permettrait un ciblage encore plus précis et des publicités plus rentables.

 

[1] Salesforce, An Early Look at Instagram Advertising Performance. Zachary Reiss-Davis, 20 août 2015.

 

Leave a Reply