Les digitaux

Articles

image gestion de projet
12
Fév

La démarche gestion de projet ou comment s’adapter aux évolutions du marché

Aujourd’hui la gestion de projet n’est plus l’espace des seules grandes entreprises de l’industrie. Elle concerne dorénavant de nombreuses entreprises quelque soit sa taille et son secteur d’activité. La démarche gestion de projet permet de répondre aux exigences de compétitivité des entreprises et s’adapter aux évolutions du marché dans un environnement aussi complexe qu’incertain.

image article gestion de projet

La gestion de projet à l’heure du e-commerce

Depuis son décollage à la fin des années 1990, l’e-commerce s’est installé durablement dans la pensée des entrepreneurs. De nombreux chefs d’entreprise ont acquis une solide réputation sur le Web, sans cesse de nouveaux modèles de e-business apparaissent.

De nos jours, l’heure est toujours au foisonnement des initiatives, et cela dans de nombreux secteurs. En effet, tous les voyants sont au vert. Les ménages sont, aujourd’hui, quasiment tous équipées en ordinateurs, mobiles ou tablettes reliés à Internet haut débit mais surtout la confiance est là. Les clients n’hésitent plus à communiquer leurs données bancaires pour passer leurs achats sur le net. Les chiffres sont d’ailleurs là pour appuyer ces dires. En 2013, les ventes en ligne ont progressé de 28% par rapport à 2010 pour s’établir à 51 milliards d’euros en France.

Cependant, Internet peut souvent renvoyer une image très éloignée des standards plus sérieux du monde de l’entreprise. En effet, de nos jours, sur le Web, nous pouvons trouver aussi bien les sites des grandes marques que des documents un peu moins sérieux et réfléchi. Cependant, il existe une réalité : il est de plus en plus difficile voire impossible pour une entreprise cet outil complexe qu’est Internet.

De nombreuses raisons peuvent expliquer l’impossibilité pour une entreprise d’ignorer le Web. Le Web est devenu participatif. Et aujourd’hui un « success story » imaginable dans le monde de l’entreprise est de produire la killer application. On peut prendre en exemple l’entreprise Blablacar qui grâce à un business modèle unique (le sharing economy) dans son activité s’est développé à une vitesse faramineuse, Blablacar est passé de 1 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008 à plus de 10 millions d’euros en 2013 et compte aujourd’hui 10 millions d’utilisateurs. Il faut dire que l’application Blablacar répond parfaitement aux attentes des consommateurs et proposent de nombreuses fonctionnalité plébiscités par les utilisateurs :

  • Un moteur de recherche qui  permet d’obtenir rapidement tous les trajets disponibles correspondant à votre recherche.
  • Un système d’annonces efficace, il suffit d’indiquer le point de départ, le point d’arrivée, l’horaire et la date du trajet. L’application propose alors un prix que l’on peut ajuster. Il ne reste plus qu’à publier l’annonce.
  • La possibilité de réserver depuis son smartphone. Le conducteur est alors prévenu automatiquement par une notification et un SMS.
  • La géolocalisation qui permet de trouver en un instant tous les conducteurs et passagers autour de soi.
  • Une messagerie qui permet de communiquer facilement avec le conducteur ou les passagers.
  • Les notifications, toutes les informations et évènements importants s’affichent sur le smartphone.
    Grâce à ses nombreuses fonctionnalités, Blablacar a su se rendre indispensable dans le quotidien de nombreux utilisateurs.

Gestion de projets : quels échecs ?

Ce que l’on peut retenir des nombreuses réussites du Web est qu’il faut se lancer, comprendre et être capable d’anticiper l’informatique et l’Internet de demain. En effet, il ne faut pas oublier que les projets Internet/Intranet sont victimes d’échecs retentissants et fréquents, sans doute beaucoup plus souvent que dans le reste de l’industrie. De nombreuses raisons peuvent expliquer ce phénomène. Il peut y avoir tout d’abord un état d’esprit défaillant qui s’explique, bien souvent par la jeunesse de l’équipe chargé du projet. Une absence de stratégie, la très grande majorité des débutants passent de la phase « idée » à la phase « création » sans passer par la phase « stratégie », avoir une stratégie solide, c’est aussi savoir exactement quoi faire, et dans quel ordre.

Mais le principal facteur favorisant les échecs de projets Internet tient à la technologie ou une sous-estimation des difficultés d’un projet Internet. En effet, le mirage de quelques réussites comme Google peut faire oublier dans certains cas les difficultés pour développer un projet sur Internet. Mais ce que beaucoup d’équipes de projet ignorent c’est que même Google a connu des échecs. En effet, un certain nombre de projet lié à Google ont aujourd’hui disparu sans connaitre un succès auprès du public. On peut citer entre autre iGoogle qui permettait de customiser la page d’accueil de son moteur de recherche préféré avec des Google gadgets, Google Talk la messagerie instantanée de Google, Google Health qui permettait aux internautes américains d’archiver ses dossiers médicaux, Knol qui voulait concurrencer Wikipédia ou encore Picnik un éditeur de photo en ligne.

Les échecs de Google ont finalement quelque-chose de rassurant : ils démontrent d’une part que même un géant peut commettre des erreurs. Ils illustrent aussi que cette firme possède et encourage une énergie créatrice qui la pousse à se lancer sans cesse dans de nouveaux projets et que l’innovation figure bien dans son ADN comme peut le voir tous les utilisateurs d’un niveau avancé, quitte à connaître des revers de fortune assumés. L’histoire de Google c’est donc un peu celle du Web, une histoire où l’échec peut être aussi être un moyen pour rebondir et de revenir plus fort avec de nouveaux projets toujours plus innovants.

On peut donc se poser la question : Internet ne serait-elle pas une entreprise comme les autres avec ses contraintes et ses opportunités ?
Ce qui est sur c’est que s’organiser en mode projet web (comme dans toute autre conduite de projet) nécessite de mettre en œuvre des méthodes et des techniques de pilotage afin de limiter les risques et garantir ainsi la tenue des objectifs. Il faut donc bien garder en tête que le Web est une science nouvelle mais compliquée, composée de bonnes et de moins bonnes pratiques qui s’utilisent au fur et à mesure qu’on les découvre. Lors de la conduite d’un projet Web aucune étape n’est donc à négliger et malgré le respect scrupuleux de toutes les différentes étapes de lancement du projet, il n’y a malheureusement aucune garantie de succès. Comme pour chaque projet, le facteur réussite reste primordial.

Ecrit par Pierrick EYNAUD

Références

Elizabeth Vinay & Sabrina Losio (2013) Créer une entreprise sur Internet
Roger Aïm (2014) La Gestion de projet
Gabriel Kepeklian & Jean-Louis Lequeux (2011) Déployer un projet Web 2.0

Leave a Reply